Boutique

Abonnez-vous

Choisissez le format qui vous convient:

» Cliquez ici

Don en ligne

Je désire faire un don
à l’œuvre de la Revue
Sainte Anne

» En savoir plus

Infolettre

Recevez les dernières nouvelles par courriel!

Éditorial Mai 2017

Lucie Ricard, Rédactrice en chef

La façon dont on prie

Je prie, vous priez, ils prient… tout le monde qui prie le fait de manière unique, différente. Certains prient en méditant, d’autres, en récitant des prières apprises; certains prient le chapelet et d’autres font « la conversation ». Selon moi, il n’existe pas une seule et unique façon de prier. La prière, d’après ma définition personnelle, est un dialogue du cœur, spontané ou réfléchi, qu’on adresse à Dieu et/ou à son entourage. Pour moi, la beauté de la prière réside dans ce mot « dialogue », ce qui sous-entend qu’on échange, qu’on attend la réponse de l’autre, qu’on la reçoit. On peut aussi la défier, la critiquer, la refuser cette réponse. On peut la négocier, en être heureux ou carrément insatisfait. Oui, on a le droit de ne pas être d’accord avec Dieu et on a le droit de le lui exprimer. Je me souviens, lors du combat de ma fille contre le cancer, avoir avoué à un ami prêtre que je refusais de prier, que j’étais en maudit contre Dieu et que je le lui disais. Il m’a répondu : « Même en maudit, tu pries… tu dialogues avec Dieu, tu lui parles, tu reconnais sa présence. Dieu n’a pas besoin que tu sois toujours toute douce et d’accord avec tout, mais il a besoin que tu ne renies pas le lien qui vous unit ». Je crois bien que c’est à compter de ce jour-là que ma façon de prier est devenue plus naturelle, plus instinctive. 

Dieu n’a pas besoin des formules toutes faites. Elles peuvent nous servir à nous, à ouvrir le dialogue, à commencer notre conversation, mais on peut ensuite dire tout ce qu’on veut. Il nous écoute et nous aime sans juger. Moi, pendant des années, j’ai été incapable de dire « que ta volonté soit faite », lorsque je disais le Notre Père. Puis, un jour, je me suis mise à lui expliquer pourquoi je ne voulais pas prononcer les mots. Et c’est en le lui expliquant que j’ai vraiment formulé ma prière. Et j’ai aussi compris que ça ne voulait pas seulement dire ce que je croyais que ça voulait dire. Maintenant, pour moi, « que ta volonté soit faite », c’est une sorte de prière en soi, pour que le monde entier vive plus selon les principes et les enseignements de Dieu. Que les hommes agissent selon ce que Dieu souhaite. On peut s’approprier notre prière et faire en sorte qu’elle nous ressemble vraiment. Ce que je vous invite à faire, pour personnaliser votre dialogue.

Dans cette édition, vous trouverez certaines réflexions et partages au sujet de la prière. J’aimerais, si vous le souhaitez, que vous nous fassiez parvenir votre prière à vous, celle qui vous fait du bien, celle qui établit réellement votre relation avec Dieu. Nous publierons une section spéciale sur les prières de nos lecteurs en 2018.

Bonne lecture et que Dieu nous bénisse!

Lucie

Haut de page